Le récit trompeur de la planification urbaine

Tribune Sète.fr novembre et décembre 2022

On aurait aimé croire aux objectifs pompeusement affichés dans le PLU : un urbanisme et une architecture de qualité, une offre de logements diversifiée afin de fluidifier les parcours résidentiels, conforter la mixité sociale et maîtriser la densité urbaine autour des axes de mobilité…  

Hélas, la réalité est toute autre : une ville avec une forte spéculation immobilière uniquement attractive pour les retraités et les actifs de CSP supérieure, qui se vide des jeunes familles en raison d’une offre de logements insuffisante et inadaptée, un habitat ancien toujours dégradé en centre-ville, l’aggravation de la ségrégation sociale entre quartiers ( ex : les indices de position sociale des collèges de la ville) , une entrée ouest contestable sur le plan architectural, pauvre en commerces et services de proximité, un boulevard de Verdun saturé de constructions discordantes et asphyxié de véhicules…

Le maire accorde les permis de construire. A ce titre, il est responsable de l’encadrement et du suivi politique de la planification. Qu’en sera-t-il donc de l’entrée est, avec plus de 2500 logements à terme, si, au lieu de donner la priorité aux besoins réels et au bien-être des citoyens, il continue de céder si facilement aux « beaux » projets des promoteurs ?

Ensemble pour Sète, relevons le défi du courage ! Bonnes fêtes à toutes et tous !

ZAC Ouest – compte-rendu annuel à la collectivité par la SAElit

Cette zone, déficitaire, seringuée aux subventions d’équilibre ressemble plus à un no man’s land qu’à une zone d’activités. Incohérence des constructions, couleurs, défi architectural et urbanistique raté. Taux de remplissage des logements insuffisant, si ce n’est pour les investissements locatifs, et encore… Son dynamisme en outre laisse pour le moins a désirer tant il a été mal anticipé avec des surfaces commerciales fantômes. Nous réitérons notre position sur ce non-projet par un vote contre.

Conseil Municipal du 12 décembre 2022 – Intervention de Véronique Calueba

SAELIT – Rapport du mandataire

Ce rapport est un fléchage de projets sur lesquels nous ne sommes pas d’accord. Les prérogatives de cette société sont iniques. De plus, le groupement dont fait partie cette société interroge quant aux pouvoirs qu’il détient (préemption, collusion de missions avec une autre société et même directeur général…). Rappelons qu’une enquête est en cours, menée par la brigade financière.

Conseil Municipal du 12 décembre 2022 – Intervention de Véronique Calueba

Le projet de parking A. Briand, un reflet du refus de faire vivre la démocratie dans notre ville

Laura Seguin, conférence de presse du 5 octobre 2022.

Lors du dernier conseil municipal, nous avons réaffirmé que le maire et les élus de la majorité portent la responsabilité du climat de tension exceptionnel dans notre ville, autour du projet de parking souterrain place A. Briand. Certes les gens sont en colère, mais il y a des raisons à cette colère. C’est avant tout l’incapacité à instaurer un dialogue constructif qui permettrait de réévaluer l’intérêt de ce projet, et peut-être de trouver des alternatives AVEC les habitants. François Commeinhes ne cesse de marteler que ce projet était dans son programme municipal, et qu’il a donc de la légitimité des élections pour le mener à bien. Il se trompe! La démocratie ne se réduit pas au seul moment des élections, en demandant ensuite pendant 6 ans aux citoyens de ne pas se mêler des affaires publiques. Evidemment qu’ils s’en mêlent! Car ces décisions les concernent, elles impactent leur vie quotidienne, elles sont ou non en accord avec leur vision de la ville. Et si les pouvoirs publics ne les invitent pas à s’en mêler, dans des espaces de dialogue organisés, appaisés, dans ce qu’on appelle des pratiques de « démocratie participative », et bien ils le font par eux-mêmes, ils se mobilisent collectivement, ils protestent, ils interpellent, et ils ont raison de le faire ! Et s’ils ne trouvent aucun écho, ils manifestent, ils entravent les travaux, ils lancent des actions en justice…

François Commeinhes a la responsabilité, en tant que maire, de mettre en place des conditions de discussion avec la population des choix importants pour notre ville, les choix qui vont nécessairement impacter la vie des habitants, comme l’est ce parking. Il a la responsabilité d’être à l’écoute des inquiétudes, des questions, des interpellations mais aussi des points de vue divergents. Il a la responsabilité d’organiser le débat public en tenant compte de ces divergences. Quel maire n’a pas déjà été confronté à des contradictions ? On est en droit de s’interroger sur sa capacité à gérer ce type de situation auxquelles tout élu peut quand même s’attendre lorsqu’il a la volonté d’avoir des responsabilités politiques…

Et notons pour finir qu’on semble être une des rares communes du bassin de Thau à ne pas avoir mis en place des dispositifs de participation des citoyens. La ville de Frontignan a mis en place 6 comités habitants, un budget participatif, un comité des Sages, des réunions thématiques, et surtout un service et un agent communal dédié, et même un lieu ressource sur la démocratie locale ! Montbazin, des groupes de réflexion citoyen en amont des projets, un budget participatif. Marseillan semble s’engager aussi dans cette voie, et le maire est pourtant politiquement proche de François Commeinhes, ce n’est pas une question d’appartenance politique ! Et il n’y aurait qu’à Sète que la démocratie participative n’existe pas, faute de volonté politique ?

Sortir par le haut !

Tribune du Sète.fr – septembre 2022

L’été se termine et si on peut se féliciter de l’engouement touristique pour notre ville, les sétois vont retrouver leur ville et ses problématiques d’aménagement et de stationnement : la circulation infernale, les rotations des transports publics en-deçà des besoins de la fréquentation, des rues défoncées, la monétisation de toute parcelle de stationnement, la folie des constructions au modèle arriéré sur la moindre parcelle vacante.

Le projet emblématique de l’embourbement rétrograde de la municipalité est celui du parking sous la place Aristide Briand, alors même qu’un réservoir d’eau s’y trouve, ressource rare et précieuse pour l’avenir.

L’association Bancs Publics a recueilli 17 000 signatures contre ce projet, signe d’un refus clair par la population sétoise et par les touristes si importants pour notre économie locale.

Si la population comprend les enjeux du réchauffement climatique et l’aberration de ce projet, nous appelons d’urgence l’équipe municipale à écouter les associations et les expertises, à abandonner ce projet désormais clairement inadapté et à mettre en place des parkings extérieurs arborés plutôt qu’arracher des arbres en centre-ville.

Il est encore temps de sortir de ce projet la tête haute avant de sombrer dans le ridicule! 

Nouvel aménagement catastrophique !

Comment peut-on construire un parking pareil en pleine canicule avec le changement climatique en cours qui nous oblige à une réflexion d’adaptation pour les aménagements urbains ? Pas un arbre alors qu’on sait que des arbres sur un espace abaisse la température de 4 à 5 degrés. Du goudron comme revêtement alors qu’il existe des revêtements qui laissent passer l’eau ou d’autres qui n’absorbent pas la chaleur. Même pas de toits couverts par du photovoltaïque comme on en trouve désormais dans tous les parkings de grande surface. Non, un vulgaire parking comme on en faisait il y a 50 ans. Quelle malheureuse et ringarde illustration de l’aménagement de cette ville ! Aménagement inadapté, fait au coup par coup sans réflexion écologique pour une ville du futur vivable. Et bien sur payant !!