Une trésorerie à la carte.

Tribune Sète.fr – avril 2024

Lors du dernier conseil municipal, nous avons dénoncé une énième garantie d’emprunt de 7M€ HT pour la SPLBT sans précision sur le but de cet argent. Immédiatement, il nous a été répondu que tout était dans la délibération, avec en prime, la chronologie des sommes avancées à la SPLBT…depuis 2020. En omettant les 4M€ de 2022 et le 1M€ de 2023.

La vérité, c’est que depuis 2018, la SPLBT est financée pour des projets de parking, avec de surcroit, une augmentation des tarifs de stationnement, et une volonté forte de la ville de privatiser toute place de stationnement gratuit.

Mais aujourd’hui la situation est grave. Le trou béant du centre-ville est soi-disant à l’arrêt pour cause d’Escale à Sète, (l’avenue Victor Hugo ?). La société a plié bagage pour défaut de paiement et ne reprendra pas tant qu’elle ne sera pas payée sur ce qui lui est dû + les dépassements causés par l’amateurisme de la préparation du chantier.

Alors voilà où on en est. Des parkings qui prennent l’eau payés par de l’argent public, un autre, en chantier, dont il faut pomper l’eau et la rejeter dans le canal causant ainsi des dégâts supplémentaires dans l’étang. Des places gratuites quasi inexistantes. Des tarifs stationnement et redevances en augmentation. Et une société publique d’aménagement qui tient grâce à l’argent public (rapports chambre régionale des comptes) mais toujours assoiffée.

Après moi le déluge !

Tribune magazine notre agglopole – Avril-Mai-2024-

Lors du dernier conseil d’agglo, le vote du budget 2024 a soulevé beaucoup de débat entre les conseillers communautaires. Visiblement, les commissions et précédents conseils n’ont pas été suffisants pour prendre en compte les alertes et propositions des maires qui ont élevé leurs voix. Un manque d’écoute et de construction collective, qui a conduit à un vote serré du budget.

Que penser d’une agglo qui se dit vertueuse quand tous les voyants sont au rouge ? 20 M€ d’augmentation de frais de fonctionnement en 6 ans. Un recours massif à l’emprunt. Une épargne qui passe de 33 à 20%. Une dette qui augmente dangereusement et une capacité de désendettement qui se détériore. Un marché de collecte des déchets qui coûte de plus en plus cher avec un service très dégradé… Et pourtant, une augmentation des taxes locales!

Tout ça pourquoi ? Des communes doivent tirer un trait sur des projets, abandonnés ou reportés (piscine à Frontignan, cave coopérative à Mèze).

Et surtout, rien sur l’essentiel, sur ce que toutes les communes ont en commun. Rien de majeur sur l’eau potable à travers la réfection nécessaire de nos réseaux. Sur la qualité de l’eau de notre lagune via l’amélioration de nos réseaux d’assainissement dans un état critique, portant préjudices à la conchyliculture. Sur la gratuité des transports en commun, qui permettrait de réduire la place de la voiture. Sur l’urgence du logement, dont l’offre ne répond pas aux réels besoins des habitants, en particulier des plus fragiles. Sur l’agriculture et la production d’une alimentation locale et de qualité qui profite à tous, via la restauration collective par exemple. Tant de choses en commun à tous les habitants, mais largement ignorées…

Les voix se lèvent, réclamant de l’équité entre nos communes et un vrai projet de territoire, cohérent et mutualisé dans les investissements. Réclamant la fin de l’hégémonie sétoise au détriment des autres communes. Alors le Président peut bien arguer avec virulence qu’au conseil d’agglo on ne parle que d’agglo, la réalité est toute autre.

Une énième garantie d’emprunt à la SPLBT à 50 % pour un montant total de 9 M€…

2 interventions de Véronique Calueba et réponses aux éléments apportés en séance, à visionner ci-dessous

Les déboires financiers de la SPLBT sont connus, mais aucune explication n’est apportée. même la Chambre régionale des Comptes, rapport après rapport, pointe cette nébuleuse nourrie à l’argent public. Aujourd’hui c’est une garantie d’emprunt, une de plus qui s’ajoutent aux autres et à celles que l’agglo a également faites. Ajoutons à cela, les avances financières. Pour le résultat que l’on sait et que l’on voit.

Action Cœur de Ville – « Ville du quart d’heure » –

Intervention d’Anne-Monique Lesage à visionner ci-dessous

Dans le document présenté, pour justifier cette adhésion qui permettra de définir la « ville du quart d’heure », beaucoup de formules creuses, de vocabulaire jargonnant de cabinets de consultants. Pour 90 000 €, quelles sont les réalisations concrètes prévues ? pourquoi ne pas interroger les sétois, c’est les mieux placés pour savoir ce qu’il leur faut.

Sur le contrat de ville, réponse à Mme Mancuso qui flèche les problèmes, à sa manière.

Pointer du doigt « la fainéantise et les trop grandes exigences » des gens pour expliquer qu’ils ne veulent pas travailler est un grave amalgame. La mise en place de ce contrat doit être co-décidée. La participation doit être réelle, remise en place et respectée dans les projets et ce n’est pas le cas. Aucun moyen réel ni étude sociologique menée pour établir les véritables besoins, et les fléchages financiers sont flous (ex, financement du quai Suquet).

Intervention de Véronique Calueba à visionner ici

Un rapport dense au contenu inquiétant.

Une abondance de projets et de dispositifs dans ces 165 pages, mais la persistance des indicateurs de précarité inquiète : 18% de la ville classée en qvp – 26% de taux pauvreté – un taux de chômage qui baisse mais reste plus élevé que le taux national – 15% de bénéficiaires du rsa. On ne peut pas se satisfaire de ces chiffres car il montre les enjeux sociaux et éducatifs. Cela montre également l’insuffisance de la dynamique économique qu’il faut développer. Le tourisme ne suffit plus. 5 axes fléchés mais sans action concrète en face.

Intervention d’Anne Monique Lesage à visionner ci-dessous