Déclaration d’utilité publique de la ZAC Entrée Est secteur sud – Quelles réponses aux entreprises et propriétaires ?

Intervention de Laura Seguin lors du conseil municipal du 14 décembre 2020

Des propriétaires concernés par ces procédures d’expropriation se déclarent opposés à cette déclaration d’utilité publique, notamment :

  • Une entreprise qui demande la relocalisation de ses activités, car le projet détruira 15 emplois directs et une dizaine d’emplois indirects
  • Un propriétaire qui déplore des atteintes à la propriété : il écrit que la SA ELIT se comporte déjà comme s’il était propriétaire des lieux avant même l’issue de la procédure.

Quelles réponses pouvez-vous leur apporter ?

Et quel contrôle pour savoir si les agissements de la SA ELIT sont avérés ou non ?

Quels critères d’attribution des conventions d’occupation du domaine public ?

Intervention de Laura Seguin lors du conseil municipal du 23 novembre 2020.

Nous avons appris que le food truck le Camion Phare situé sur le parking du Théâtre de la Mer ne voyait pas sa convention d’occupation du domaine publique renouvelée. Cela fait deux ans qu’ils sont situés ici. On aimerait donc savoir pour quelles raisons leur convention n’est plus renouvelée : est-ce que c’est pour y installer une nouvelle activité ? Est-ce qu’un autre emplacement dans la ville leur a été proposé pour qu’ils puissent poursuivre leur activité ?

Est-ce que les autres bénéficiaires de conventions d’occupation sont également concernés? On pense par exemple au food truck installé devant le lycée Joliot Curie, dont la convention va jusqu’à la fin de l’année, est-ce qu’elle sera renouvelée ou non après décembre ? Et si non pour quelles raisons ? Et prévoit-on de lui proposer un autre emplacement ? Qu’en est-il du bus installé aux Salins ?

Est-ce que tous les bénéficiaires de convention d’occupation sont concernés par ces décisions et sur quels critères ces décisions se prennent-elles ? Il est nécessaire d’avoir des explications sur ce qui empêche subitement ces personnes d’exercer leur activité. Dans la situation économique que nous connaissons il y a de quoi se soucier de ces emplois perdus.

Réponse de Francis Hernandez :
Nous assumons notre choix politique. On met en place une nouvelle politique sur les aménagements de food truck pour qu’ils soient dans une logique de conformité avec les branchements d’eau et d’électricité. Mais c’est clair qu’il n’y aura plus de food truck en centre-ville car on n’a pas la possibilité de leur proposer des aménagements. Nous avons demandé aux propriétaires du Camion phare de nous proposer un autre endroit, autre que le centre-ville, sur les zones économiques ou ailleurs.

Réponse de Blandine Authié
Le propriétaire du food-truck devant Joliot Curie sera déplacé à la demande du proviseur, sur un espace disponible jusqu’à mai 2021

Remboursez les Sétois.e.s !

Tribune parue dans Sète.fr – Novembre 2020

Lisez le rapport de la Chambre régionale des comptes !

Après celui sur l’office HLM qui révèle le cumul illégal du mandat de l’ancien premier adjoint avec sa fonction de directeur de l’office et le contournement du droit des marchés publics, la chambre dresse un sombre tableau de la gestion municipale. Il suffit de citer les juges financiers, qui évoquent : « l’endettement qui reste conséquent, alors même que les taux d’imposition demeurent très supérieurs à ceux de la strate » ; « des réseaux routiers saturés » ; « une démographie peu dynamique » ; « des fragilités sociales » ; un taux de chômage (23,1%) qui reste sensiblement supérieur à celui observé dans les autres villes moyennes » ; ou encore « le taux de pauvreté (24,9%) plus élevé que dans les autres villes moyennes ». Les juges révèlent aussi de très graves dysfonctionnements, susceptibles de tomber sous le coup de la loi pénale. Il faut lire les pages 29 à 31, sur les primes illégales versées à plusieurs cadres de la collectivité : 96 766 euros pour le directeur général des services ; 36 257 euros pour un autre haut cadre ; 5560 euros versés au directeur de cabinet.

Le maire dit avoir ignoré l’existence de ce dispositif. Comment le croire quand les juges financiers précisent que « ce dispositif a été mis en place en dépit d’une réponse défavorable du préfet de l’Hérault au maire de Sète, qui l’avait questionné sur la légalité » du dispositif. Il est temps de rembourser ces 138 583 euros aux contribuables sétois !

Lire le rapport de la Chambre régionale des comptes

Les élu.e.s d’Ensemble pour Sète