Le récit trompeur de la planification urbaine

Tribune Sète.fr novembre et décembre 2022

On aurait aimé croire aux objectifs pompeusement affichés dans le PLU : un urbanisme et une architecture de qualité, une offre de logements diversifiée afin de fluidifier les parcours résidentiels, conforter la mixité sociale et maîtriser la densité urbaine autour des axes de mobilité…  

Hélas, la réalité est toute autre : une ville avec une forte spéculation immobilière uniquement attractive pour les retraités et les actifs de CSP supérieure, qui se vide des jeunes familles en raison d’une offre de logements insuffisante et inadaptée, un habitat ancien toujours dégradé en centre-ville, l’aggravation de la ségrégation sociale entre quartiers ( ex : les indices de position sociale des collèges de la ville) , une entrée ouest contestable sur le plan architectural, pauvre en commerces et services de proximité, un boulevard de Verdun saturé de constructions discordantes et asphyxié de véhicules…

Le maire accorde les permis de construire. A ce titre, il est responsable de l’encadrement et du suivi politique de la planification. Qu’en sera-t-il donc de l’entrée est, avec plus de 2500 logements à terme, si, au lieu de donner la priorité aux besoins réels et au bien-être des citoyens, il continue de céder si facilement aux « beaux » projets des promoteurs ?

Ensemble pour Sète, relevons le défi du courage ! Bonnes fêtes à toutes et tous !

SPLBT – Rapport du mandataire – Un document plus qu’inquiétant et des (non) réponses apportées qui frisent le docu-fiction

Ce rapport est inquiétant quant on connait l’exemplarité des constructions des parkings : inondations, malfaçons…. C’est une grosse prise de risques techniques et financiers pour vouloir encore s’entêter à construire un parking souterrain supplémentaire en plein cœur de ville, alors même que les parkings alentours, celui des Halles notamment, depuis quelques semaines a encore des places libres (entre 80-100). Un paramètre qui interroge sur la fréquentation des clients du marché et des commerces du centre-ville…. En outre, l’animosité, la morgue et l’ironie affichées par les élus de la majorité, le manque de réponses claires et précises, le report assez régulier de donner les réponses aux questions posées pose problème. En plus d’un manque de respect flagrant. Intégralité des échanges avec les élus de la majorité.

Conseil Municipal du 12 décembre 2022 – Interventions de Véronique Calueba, Laura Seguin, Sébastien Denaja et Laurent Hercé

ZAC Ouest – compte-rendu annuel à la collectivité par la SAElit

Cette zone, déficitaire, seringuée aux subventions d’équilibre ressemble plus à un no man’s land qu’à une zone d’activités. Incohérence des constructions, couleurs, défi architectural et urbanistique raté. Taux de remplissage des logements insuffisant, si ce n’est pour les investissements locatifs, et encore… Son dynamisme en outre laisse pour le moins a désirer tant il a été mal anticipé avec des surfaces commerciales fantômes. Nous réitérons notre position sur ce non-projet par un vote contre.

Conseil Municipal du 12 décembre 2022 – Intervention de Véronique Calueba

En ouverture de séance une motion de soutien à la filière pêche a été proposée à l’ensemble du Conseil Municipal, sans information préalable.

Cette motion vient un peu tard, et le Maire est invité à se joindre au groupe de travail régional en signant le Pacte de Barcelone. Sont évoquées également les pistes d’accompagnement nécessaires à la survie de cette filière.

Conseil Municipal du 12 décembre 2022 – Interventions de Sébastien Denaja et Laurent Hercé

La décision politique de conserver le tracé existant dans la LNMP doit se poser en assemblées locales, et ces dernières doivent être publiques.

Intervention de Véronique Calueba – Décision 21 – Convention relative au financement (CFI n°6) des études et procédures complémentaires à engager préalablement au lancement de l’Avant-Projet Détaillé de la phase 1 du projet de Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan. Contrat de plan État/région 2015-2020

De nombreux territoires sont concernés par ce tracé et les maires de ces communes devront être entendus et participer plus aux débats qui impactent nos paysages, notre biodiversité, notre environnement et notre économie.

Le tracé de LNMP reste en l’état. L’impuissance de notre agglo face à un projet mortifère pour l’environnement, la biodiversité et la préservation de nos territoires est affolante.

Intervention de Philippe Carabasse – Décision 21 – Convention relative au financement (CFI n°6) des études et procédures complémentaires à engager préalablement au lancement de l’Avant-Projet Détaillé de la phase 1 du projet de Ligne Nouvelle Montpellier Perpignan. Contrat de plan État/région 2015-2020

J’avais déjà il y a quelques mois, lors d’un précédent conseil d’agglo, averti que le gain de temps anecdotique pour rejoindre Perpignan depuis Paris, ne valait pas un certain nombre de conséquences qui défavoriseraient 120 000 personnes sur le territoire et les liaisons quotidiennes et utiles des trains régionaux.

Article du Midi Libre à lire ici

La gestion des affaires sétoises par la Saelit et la SPLBT est une affaire d’agglo aussi !

Tribune Magazine Notre agglopôle – novembre/décembre 2022

Le 4 octobre dernier, le Tribunal Administratif de Montpellier a donné raison au collectif Bancs Publics en suspendant les travaux du parking sous la place Aristide Briand, en raison du manque d’une autorisation préfectorale pour déroger à la loi du Code de l‘Environnement qui interdit l’arrachage des arbres en centre-ville. En janvier, un autre référé avait démontré que les permis de construire n’avaient pas été déposés malgré une tentative de démarrage des travaux. Deux référés qui montrent le non-respect des procédures administratives qui règne autour de ce projet.

Après les condamnations du président de l’agglo et maire de Sète, après les rapports accablants de la Chambre Régionale de la Cour des Comptes sur la SAelit, Thau habitat et la SPLBT (organismes tous présidés par François Commeinhes) et les suites judiciaires attendues, nous nous interrogeons sur la gestion de notre agglo et de sa ville centre. Nous renouvelons notre appel à l’ensemble des élus de l’agglomération et à l’ensemble des citoyens, à prendre conscience de ce grave problème de gouvernance. Comment, en tant que collectivité qui finance ces organismes (rappelons par exemple que la SPLBT est financée à 40% par l’agglomération), accepter qu’ils soient gérés à la limite du droit ? L’association Bancs Publics, au travers d’une mobilisation remarquable, a réveillé les consciences citoyennes qui refusent désormais d’être spectateurs d’une catastrophe environnementale et financière annoncée. Nous proposons une gestion d’impôts et d’argent public pour un horizon en phase avec les enjeux actuels, et l’arrêt de projets insensés, dépassés, dangereux et très couteux. En tant qu’élus communautaires, nous avons une responsabilité partagée sur ces choix unilatéraux.

En attendant que l’intelligence et le bon sens reprennent leurs droits, nous vous souhaitons une belle fin d’année.