Objet : demande explication sur suppression d’une retransmission publique – début de séance communautaire du 22 septembre 2022 à Frontignan

Courrier à destination du Président de Sète agglopôle Méditerranée

Monsieur le Président,

Par la présente nous souhaitons que votre service dédié, remette en ligne la totalité de la vidéo de séance de Conseil Communautaire d’hier, jeudi 22 septembre 2022 à Frontignan.

En effet, quelle n’a été notre surprise de constater que le début de cette séance avait été purement et simplement supprimé. Cette assemblée qui doit favoriser le débat public et républicain est également le lieu d’échanges entre les élus sur des questions engageant le territoire.

Cette suppression nous surprend et nous afflige, dans la mesure où la liberté de parole et le débat politique et républicain ne sont pas respectés.

Dans l’attente d’une réponse diligente, veuillez recevoir, Monsieur le Président, nos salutations républicaines.

Sortir par le haut !

Tribune du Sète.fr – septembre 2022

L’été se termine et si on peut se féliciter de l’engouement touristique pour notre ville, les sétois vont retrouver leur ville et ses problématiques d’aménagement et de stationnement : la circulation infernale, les rotations des transports publics en-deçà des besoins de la fréquentation, des rues défoncées, la monétisation de toute parcelle de stationnement, la folie des constructions au modèle arriéré sur la moindre parcelle vacante.

Le projet emblématique de l’embourbement rétrograde de la municipalité est celui du parking sous la place Aristide Briand, alors même qu’un réservoir d’eau s’y trouve, ressource rare et précieuse pour l’avenir.

L’association Bancs Publics a recueilli 17 000 signatures contre ce projet, signe d’un refus clair par la population sétoise et par les touristes si importants pour notre économie locale.

Si la population comprend les enjeux du réchauffement climatique et l’aberration de ce projet, nous appelons d’urgence l’équipe municipale à écouter les associations et les expertises, à abandonner ce projet désormais clairement inadapté et à mettre en place des parkings extérieurs arborés plutôt qu’arracher des arbres en centre-ville.

Il est encore temps de sortir de ce projet la tête haute avant de sombrer dans le ridicule! 

L’heure est grave

Tribune Magazine Notre agglopôle – septembre/octobre 2022

Cet été, nous avons assisté médusés et tristes, à d’innombrables catastrophes, résultat du réchauffement climatique provoqué par l’activité humaine. De nombreux feux de forêts ont décimé des milliers d’hectares et les écosystèmes y vivant, la canicule tout l’été et des précipitations attendues dévastatrices. Comment anticipons-nous sur le territoire de Thau et comment participons-nous à l’adaptation à ces changements globaux?

Localement, alors qu’il serait pertinent de réfléchir à la préservation de notre territoire au regard de ces évènements, l’agglo, via son président, continue de s’entêter dans des projets aberrants. C’est la SPLBT, bras armé financé par l’argent public de l’agglo et de la ville de Sète qui détruit, artificialise les sols, creuse, construit en dépit de tout bon sens et frénétiquement, au regard des enjeux environnementaux et financiers.

Comme dénoncé par le rapport de la Chambre Régionale des Comptes et l’opposition, cette société est directement gérée par le maire de Sète et président de l’agglo et le directeur qu’il a choisi.

Avons-nous vraiment besoin d’un nouveau parking souterrain en centre-ville de Sète quand les autres ne sont pas pleins et donc d’arracher des arbres ? avons-nous vraiment besoin de logements au modèle archaïque ne répondant à aucune norme écologique novatrice ni au besoin d’espace pour des familles ? de faire payer le stationnement partout où c’est possible ? de privatiser l’eau (le marché accordé à Suez vaut son pesant de cacahuètes). La liste est longue et bénéficie beaucoup à la ville-centre au détriment des autres communes qui financent malgré elles. Mais l’impact écologique sur nos vies futures et  sur notre territoire sera partagé par tous !

La responsabilité de tous les acteurs de l’agglo implique un sérieux changement  de braquet  car nous on ne pourra pas dire « on ne savait pas » …

Les nouveaux tarifs des transports en commun du territoire

Communiqué de presse des Élus du groupe « Ensemble pour Sète »

Ce 1er septembre la gratuité des transports pour les sétois non imposables passe de 65 à 70 ans.

La ligne 6 qui reliait GRATUITEMENT la gare au centre-ville de Sète est supprimée au profit d’une ligne 8 payante.

C’est un recul aberrant pour la population sétoise et pour notre environnement. Plutôt que favoriser l’usage du transport en commun en allant VERS la gratuité, nous rétropédalons. Ces mesures favoriseront l’usage de la voiture individuelle et remplira les parkings. L’agglo et la ville agissent à l’inverse de la réflexion écologique qui s’impose désormais. C’est désolant.

Nouvel aménagement catastrophique !

Comment peut-on construire un parking pareil en pleine canicule avec le changement climatique en cours qui nous oblige à une réflexion d’adaptation pour les aménagements urbains ? Pas un arbre alors qu’on sait que des arbres sur un espace abaisse la température de 4 à 5 degrés. Du goudron comme revêtement alors qu’il existe des revêtements qui laissent passer l’eau ou d’autres qui n’absorbent pas la chaleur. Même pas de toits couverts par du photovoltaïque comme on en trouve désormais dans tous les parkings de grande surface. Non, un vulgaire parking comme on en faisait il y a 50 ans. Quelle malheureuse et ringarde illustration de l’aménagement de cette ville ! Aménagement inadapté, fait au coup par coup sans réflexion écologique pour une ville du futur vivable. Et bien sur payant !!

Quand l’aménagement urbain a des conséquences directes…

Pour bien comprendre en quoi l’épisode climatique que nous vivons est exceptionnel, voici le tableau des relevés pour la ville de Sète pour juillet.

Il faut savoir pourtant que nous sommes une ville « protégée » : nous bénéficions du confort apporté par 2 masses d’eau, la mer et l’étang, qui nous donnent probablement les températures les plus douces du département.

Or, le résultat est déjà hors normes : 29 jours avec nuit tropicale (T min >= 20°C) ! 21 jours de fortes chaleurs (Tmax >= 30°C), et 4 jours de très fortes chaleurs (Tmax >= 35°C) ! (chiffres actualisés par rapport au tableau ci-dessous).

Une température minimale (la nuit) qui se situe entre 19° et 26° (!)

Voilà pourquoi il nous faut au plus vite des arbres, des sols végétaux et pas minéraux, des piétons et des vélos mais moins de voiture, etc…